Le terrorisme islamiste africain à la hausse

7 Mai 2018
INTELLIGENCES AFRIQUES
1244
0

Comme de nombreux pays occidentaux, les différents Etats africains partagent le même fléau du terrorisme qui se mondialise. Selon Jean-Yves LE DRIAN, alors Ministre français de la Défense, les mouvements terroristes en provenance du Proche et du Moyen-Orient se répandent en Afrique du Nord et au Sahel quitte à faire de ces régions des zones de transit du terrorisme.

Le Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique (ou Africa Center for Strategic Studies), basé à Washington D.C., a pour mission de favoriser la recherche, l’échange d’idées et la mise en place de programmes académiques sur la sécurité en Afrique. Il vise, par là, à “être une source objective d’analyse stratégique sur des questions de sécurité, actuelles et futures pour les professionnels et spécialistes africains du secteur de la sécurité, les décideurs, les médias et la société civile aussi bien que pour les partenaires internationaux“.  Cette mission très large est confiée au personnel du CESA depuis 1999.

Le CESA a récemment publié une cartographie ainsi que des statistiques concernant les actions de différents groupes islamistes en Afrique : Les divers groupes existant sur le sol du continent africain ont chacun un champ d’action géographique. Les plus importants sont Boko Haram, Al-Quaïda au Maghreb Islamique, al-Shabaab et bien sûr l’Etat Islamique. Ainsi, le nombre d’évènements violents liés à des groupes terroristes en Afrique a augmenté de 38 % durant les 12 derniers mois. Cette tendance ne fait que confirmer ce qui avait déjà été entrevu en 2017 alors que le nombre d’actes violents était déjà en hausse. Le groupe Al-Shabaab est responsable de la majorité des attaques perpétrées par des groupes islamistes avec 1.749 attaques sur un total de 2933 sur l’année précédente. De ce fait, la Somalie et le Kenya sont les pays les plus touchés par le salafisme djihadiste. Pour autant, des régions comme le Mali, le Burkina Faso, le lac Tchad, la Tunisie, la Lybie ou encore l’Egypte sont loin d’être en reste face à la violence islamiste. Le Mali et le Burkina Faso affrontent la frénésie de l’organisation Al-Quaïda au Maghreb Islamique, frénésie qui a considérablement augmenté en un an (79 attaques en 2017 contre 212 en 2018). La région du Lac Tchad et plus particulièrement le Nigéria  voient Boko Haram continuer la mise en place de ses actions terroristes. Quant à l’Etat Islamique, il opère dans divers pays même si, sur les 12 derniers mois, sa cible “préférée” est l’Egypte. En effet, 77% des décès attribués à ISIS en 2017 se sont produits dans ce pays. Le nombre total de décès attribués au terrorisme islamiste en Afrique a augmenté de 9 % en un an ce qui n’était pas arrivé depuis 2015. Il y a, par conséquent, 10.535 morts à déplorer sur l’année 2017.

Ainsi, la menace terroriste ne fait qu’augmenter en Afrique. Selon le CESA, le risque de l’implantation globale et durable du terrorisme ne doit pas être négligé dans un continent en plein développement. Pour autant, malgré la hausse du nombre de décès et du nombre d’actes violents attribués aux différents groupes terroristes du continent africain, il convient de noter que chaque groupe continue de se concentrer sur une région en particulier ce qui démontre l’importance des facteurs locaux et permet d’écarter, pour le moment, une menace homogène qui pèserait sur l’Afrique entière.

Terrorisme-en-Afrique

Laisser un commentaire